Artech Joint ®

LE BAZOOKA POUR LA DÉPOSE RAPIDE ET PROPRE DE BANDE DE JOINT

La machine à joint automatique est très souvent appelée « BAZOOKA ».
Peu répandue en France et en Europe par manque de formation et de connaissances sur cet outil.

LA RÉALISATION DE JOINTS DE PLAQUES DE PLÂTRE PARAIT SIMPLE UNE FOIS FINIE

> En réalité, l’opération s’avère bien plus complexe et constitue une étape primordiale dans la phase finale de pose de plaques de plâtre.

Un joint mal réalisé implique une finition de peinture médiocre et sera en outre très difficile à reprendre par la suite.

RESPECT DES DTU

> La mise en œuvre de joints de plaques de plâtre s’effectue selon différentes étapes clés, tout en respectant le DTU en vigueur:

  • Vérification de la bonne mise en œuvre des plaques de plâtre
  • Collage de la bande papier à l’enduit
  • Collage de la bande armée pour les angles saillants
  • Charge de la bande encollée
  • Charge de finition

QUALITÉ DE L'ENDUIT

> Le choix de l’enduit pour le joint de plâtre, à travers sa granulométrie, sa dureté et sa facilité de ponçage, constitue également un paramètre important.
Il faut savoir qu’un joint participe à hauteur de 20% environ à la solidité de l’ouvrage final en plaque de plâtre.

Artech Joint ®

Notre savoir-faire repose sur une vraie technicité, maitrisée par l’ensemble de nos salariés et nous permettant d’obtenir une régularité et une constance dans la qualité de nos joints finis.

OUTILLAGE SPÉCIFIQUE

> La réalisation de joints de plaques de plâtre peut s’effectuer à la main, en utilisant des couteaux à enduire de différentes tailles, appelés aussi spatules. Cette méthode est la plus couramment utilisée depuis que l’on pose des plaques de plâtre en France. Elle comporte cependant certains inconvénients liés au travail manuel et au manque de formation sur ce métier.
> L’application peut aussi s’effectuer à la machine. L’entreprise ARTECH JOINT a d’ailleurs opté pour ce process, qui nécessite préalablement la maîtrise d’un certain nombre d’outillages et accessoires :

  • Un Bazooka® ou applicateur automatique
  • Une pompe de remplissage
  • Une boîte de finition et de charge
  • Des manches extensibles
  • Des racleurs et finisseurs d’angle
  • Une réserve d’angle et ses accessoires
  • Une boîte pour bouchage de têtes de vis
  • Un rouleur d’angle intérieur
  • Un rouleur d’angle pour bande armée
  • Un malaxeur
  • Des échasses
  • Des spatules
  • Divers outillages et équipements complémentaires

> Chaque outillage doit être utilisé dans un cadre bien précis, ce qui implique une formation très spécifique à sa manipulation ainsi qu’ un entretien rigoureux et soigné.

HISTOIRE DU BAZOOKA AMES

> En 1939 Bob et Stan Ames inventèrent les machines à jointer en Géorgie.
> Une fabrication en série qui révolutionna l’industrie des plaques de plâtre. La société mit au point la technologie du jointage automatique et des outils de finition et elle améliora de façon spectaculaire la vitesse, la qualité et la finition de la dépose de joint de platre pour les professionnels. Les machines de jointoiement automatique ont apporté une contribution importante à ce corps de métier.
> Ces outils coûtent de 2000 à 3000 $ mais ils peuvent également être loués.
> D’excellents résultats ont été apportés en jointant à la main mais c’était une perte de temps et cela demandait un grand savoir-faire. Devant le développement des plaques de plâtre, il est devenu nécessaire d’élaborer une méthode efficace pour la finition de joints. En 1939, les frères Ames ont commencé à expérimenter de nouvelles techniques pour la finition des plaques de plâtre. Peintres et plâtriers ont ainsi conçu le « corner shoe » (sabot, mâchoire à angles), première d’une longue lignée de machines à plaques de plâtre. Le corner shoe permettait d’appliquer la pâte sur les joints grâce à la pression atmosphérique et un long flexible.

> Ames a mis au point en 1945 le précurseur du bazooka d’aujourd’hui. Cette machine automatique applique le joint, le fixe et lui donne un angle, tout cela en un seul mouvement. La première machine fonctionnait sur piles et pesait plus de 100 livres (environ 45 kg) lorsqu’elle était chargée à plein. Au début des années 1950, Ames lançait les premières boites qui appliquaient la couche de finition sur la pâte à joint utilisée pour cacher les joints.
> Au cours des années, de nombreux changements et améliorations ont été apportés sur les machines existantes. Au début des années 1960, nombre des brevets déposés par les frères Ames sont arrivés à terme et des machines concurrentes ont pénétré ce marché. Pour la première fois, les machines Ames n’étaient plus les seules utilisées par les plaquistes professionnels.

null

null

null

Vous rechercher un prestataire jointeur pour votre chantier ?

Professionnels, vous souhaitez rejoindre notre réseau ?